Laure Malécot

 

 

 

ANIMA !

Ce projet de film documentaire et de livre (essai), vise à contribuer au mouvement mondial en faveur de modes de pensée et de compréhension de la vie plus sains. Il s'appuie sur les traces subsistantes des origines spirituelles, sociales et culturelles de l'Humanité à travers les témoignages des femmes. Héritières d'une culture précoloniale (partie 1), prêtresses (partie 2) animistes, sociologues, historiennes, écrivains (partie 3), elles témoigneront non seulement de l'existence mais aussi des raisons de la persécution, de la tentative d'éradiquer ces approches spirituelles et philosophiques dont la recherche d'harmonie avec la nature et l'esprit égalitaire font cruellement défaut aujourd'hui. Le documentaire complet, de 90 minutes, tissera les mots et les histoires de ces femmes afin de reconstruire ce qui nous a été violemment enlevé, en termes de connaissances et de statut social et spirituel.

 

 

This documentary film and book (essay) project aims to contribute to the global movement for healthier ways of thinking and understanding life. It is based on the remaining traces of the spiritual, social and cultural origins of humanity through the testimonies of women. Inheritors of a pre-colonial culture (part 1), priestesses (part 2) animists, sociologists, historians, and writers (part 3), they will testify to not only the existence of but also the reasons for the persecution and the attempt to eradicate these spiritual and philosophical approaches whose egalitarian spirit and search for harmony with nature are sorely lacking today. The complete 90-minutes documentary will weave the words and stories of these women, in order to reconstruct what has been violently taken away from us in terms of knowledge and social and spiritual status.

NOUVEAU : Article de Eyumane Baoulé Assengone

" Eléments pour une éthique africaine des établissements humains " A lire ici

Duration : 26 minutes. - Starring, in order of appearance: Elimane Baoulé Asongone - Coopération international – Vocational Trainer; Corinna Fiora - Singer, Translator; Patricia Gomis – Actress, President of l'Association Djarama; Nathalie Fanja-Haaby – Art Therapist, Kundalini Yoga Teacher, Slam Poet - Music: Corinna Fiorra – I-Science / Nathalie Fanja Haaby 

Durée :  26 minutes.- Avec, par ordre d'apparition :  Elimane Baoulé Asongone : Coopération internationale- Formation professionnelle ; Corinna Fiora - Chanteuse, traductrice ; Patricia Gomis : Actrice, Présidente de l'Association Djarama ; Nathalie Fanja-Haaby : Thérapeute en art, professeur de Kundalini Yoga, poète Slam - Musique : Corinna Fiorra - I Science, Nathalie Fanja Haaby

Résumé : Alors que la pandémie de Covid 19 fait toujours rage, quelques mois après le semi-confinement imposé au Sénégal, nous suivons les témoignages de quatre femmes engagées dans l'apport de changements positifs, dans les domaines croisés du développement économique, de l'éducation, de la psychologie et du bien-être personnel. Leurs points de vue spirituels et philosophiques convergent sur un point central : le besoin vital d'harmonie, à partir d'un sentiment d'interconnexion et d'interdépendance avec tous les éléments de la vie.

Abstract: While the Covid-19 pandemic is still raging, a few months after the semi-confinement imposed in Senegal, we follow the testimonies of four women engaged in bringing positive change in the intersecting fields of economic development, education, psychology and personal well-being. Their spiritual and philosophical views converge on a central point: the vital need for harmony, based on a sense of interconnection and interdependence with all elements of life.

PREMIERE YOUTUBE LIVE

 

6th of december, via Ecoversities festival 

In this first part, I gathered the words of women of my generation, defined as Generation "X", whose sincerity and convictions I can attest to. Usually, documentary filmmakers present animism in the darkness of the sacred woods through voodoo ceremonies, preferably at night... People murmuring, whispering, outside of the so-called "civilized" world. A typical condescending ethnologist's gaze often applies to these themes. Here, on the other hand, the interviewees speak in the light of day, with a smile and even an element of humor - right in the middle of modernity. They articulate their thinking, their philosophy, with full awareness of contemporary issues, seeking solutions for today's ills. We are quite far, for the moment, from "sacred woods" and voodoo ceremonies, though we are destined to return to it. But we will only get there with the respect due to those who have kept alive a certain way of thinking and living, an approach that could well be life-saving. The way they understand the place of the human being in the universe is at the same time humble yet aware of its importance. For everything is connected.

The purpose of the following text is to briefly retrace history, the process of eradicating these ancient sciences and belittling the feminine gender, which, it seems to me, has led us to the complete imbalance in which we are currently struggling.

 

"If you don’t know where you are going, look to where you’ve come from”
West African Proverb

 

Faced with a pandemic generated by the COVID-19 virus, humanity is in panic. There is an urgent need to question and acknowledge the violence that humans have exerted on the environment during the Anthropocene Epoch – to the point of committing Ecocide, accelerating climate change, and producing a dysfunctional and unequal society. We need to understand and deconstruct the mechanisms that the capitalist system employs to shape our minds. Do we still accept the superiority of Western "modernity" while at the same time witnessing the state of the world we find ourselves in today?

As we realize that the long-term survival of humanity is threatened, isn't it also time to realize the need to decolonize our minds?

Where are the places, the niches, the in-betweens of this world that escaped the colonial propaganda whose objective was to reduce non-monotheistic and non-Western peoples to the rank of "savages" or "pagans"?
If to be savage is to be close to nature, and to be pagan, to worship it, how does that justify so much killing and obliteration? In the colonizer’s view, it exactly this relationship with nature that threatens its social order, an order that modernity continues to support today. To liberate our minds from the colonial worldview is to reclaim what it stripped from humanity, to redefine and reconstruct our relationship with nature.
The deconstruction of prejudices is necessary in order to build a sustainable future. This is the desire and the objective of my research. We cannot remake history, erasing the errors of the past, but we are capable of reflecting and searching for what has been erased, that which survives in the cracks, leaving aside the colonial worldview in which we were educated.

The film and book project, entitled Anima, of which I present here the first part, aims to highlight the sustenance of animist precepts and philosophies. These, throughout the world, have, among other common points, to place femininity at the center of the original creation, and to consider women as a privileged spiritual vector. This was questioned, even eradicated, by the patriarchy - and then by colonialism.

 

The origin of the imbalance

The world as some people knew it was turned upside down at the beginning of the 15th century, when some European governments, supported by undeniable papal power, decided to appropriate lands and territories that they deemed "discovered" when they were simply unknown to them. At that time, these same people believed that the Earth was flat. The Catholic Inquisition furiously massacred "heretics" and "witches" in public squares . In the same vein, the savages, the barbarians, considered as soul-less, were, in their eyes, the others that gave them the "de facto" right to appropriate their property. Some of these "savages" had already traveled to land far beyond the territories they knew, without attempting to conquering it. The religious crusades served as a justification for the conquest of new territories; Catholicism was imposed by force of arms and reinforced by carefully targeted education. Resistance lasted for centuries. The Western conquest was not without its difficulties. A very long and violent period of slavery by the Arabs, especially during their religious expansion on the African continent, preceded and then worked concomitantly with the Western trade. The main differences between the Western European slave trade and slavery as practiced by the Arabs were first of all the selection of humans on the basis of ethnic criteria. For the Arabs, any human captured was a slave, even a Westerner - like Miguel Cervantes, for example, the author of Don Quixote. Secondly, the export of slaves from one continent to another, the excessive profitability, the industrial side of this exploitation, of this iniquitous trade, was a peculiarity of the western trade. Locally in West Africa, slavery already existed in a traditional way, in a completely different way. For example, in Senegal, "jaams" (often translated as "slaves") were prisoners, or descendants of prisoners of war, who worked for royalty and the community. In exchange, they were well-treated and had the opportunity to climb the social latter, to "rise in rank."

 

Thus, whether it was the Catholics during the Crusades or the Muslims during their conquest, each party showed great violence towards the indigenous people in the name of a God who was supposed to be and to bring Love and Peace. For more than five centuries, the monotheistic religions have served as a pretext for wars whose economic motivations are well known, and as arguments for propaganda aimed at demeaning, degrading and demonizing the indigenous cultures that preceded them. Especially women, "sacrificed on the altar of God," as the Egyptian author Nawal el Saadawi  wrote. They were faced with one another, their blood sanctifying the spaces where their dogmas were spread. 

Colonization radically destructured entire societies. Imposed its own patriarchal values, religions, political and social systems, whereas in pre-colonial societies, matriarchy as a social, economic, political and spiritual organization dominated.


By depriving the feminine half of humanity of the respect that it is rightly due, by denying it the importance it once had, have we not finally created the global imbalance that we now witness at all levels?

 

Animism and Social Ecology

And yet... the underestimated spiritualities of these indigenous peoples have persisted all over the planet. They have in common a way of perceiving the link between human beings and their environment, with Nature, in consciousness and respect, in search of a reciprocal and vital harmony. Social organization is influenced by this relationship, which leads to a more egalitarian community structure, as some libertarian and anarchist anthropologists show . It is a healthy way of life, fiercely preserved by certain peoples whose lives are endangered. 

The Amazon rainforest and other primary forests are burning, victims of land grabbers and developers, amputated of their trees, medicinal plants, and the protection of the people who inhabit them. Greenland's igloos are disappearing, icebergs are melting, and polar bears are drowning.

 

Long before the declaration of human rights in the West, the so-called "pagan" peoples had decreed their rules of life, like the Mandé by the Mandén Charter (1236 - West Africa), proclaimed by Soundiata Keita, Emperor of Mali, stating in the preamble: "A life is a life; one life is not older or more respectable than another, just as one life is not superior to another " . In South Africa, and extended to the Bantu population (Central Africa), the ancestral Ubuntu philosophy can be summarized as follows: "I am what I am because of what we all are".

Thus, everything that is alive deserves respect. The ideas of interdependence and equality of life can be found in all so-called "animist" philosophies and spiritual traditions throughout the world. In spite of the yoke of colonization, in some regions forms of syncretism or neo-paganism are developing. They share common views on the equality of all the living and spiritual communication with the natural elements and spirits of the dead. Here humans are seen as part of a larger universe, fed by and in perpetual interaction with all vibrations.

Dans cette première partie, j’ai recueilli la parole de femmes de ma génération, définie comme la génération "X", dont je connais la sincérité et les convictions. Habituellement, les réalisateurs de documentaires présentent l'animisme dans l'obscurité des bois sacrés, à travers des cérémonies vaudou, de préférence la nuit... Les gens murmurent, chuchotent, hors du monde dit "civilisé". Un certain regard d'ethnologue condescendant s'applique souvent à ces thèmes. Par contre, ici, les intervenantes parlent en pleine lumière, avec un sourire et même un certain humour, étant en plein dans la modernité. Elles articulent leur pensée, leur philosophie, en conscience des enjeux contemporains, en cherchant des réponses aux maux d'aujourd'hui. Nous sommes assez loin, pour l'instant, des "bois sacrés" et des cérémonies vaudou, mais nous y viendrons, avec le respect qui me semble dû à ceux qui ont gardé vivante une certaine façon de penser et de vivre, qui pourrait bien être salvatrice. La façon dont elles appréhendent la place de l'être humain dans l'univers est à la fois humble et consciente de son importance. Car tout est lié. 

Le texte qui suit a pour objectif de retracer brièvement l’Histoire, le processus d’éradication de ces sciences anciennes et de rabaissement du genre féminin, qui, il me semble, nous a mené vers le déséquilibre complet dans lequel nous nous débattons actuellement. 

 

"Si tu ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens »
 proverbe d’Afrique de l’Ouest


Face à la pandémie générée par le virus COVID 19, l'Humanité est en panique. Il est urgent de remettre en question la violence que les humains exercent sur l'environnement à l'époque de l'Anthropocène, au point de créer un Ecocide, d'accélérer le changement climatique et de produire une société dysfonctionnelle et inégale. Nous devons comprendre et défaire les mécanismes que le système capitaliste applique pour formater nos esprits. Acceptons-nous toujours la supériorité de la "modernité" occidentale tout en étant témoins de l'état du monde dans lequel nous nous trouvons aujourd'hui ?

 En prenant conscience que la survie à long terme de l'Humanité est menacée, n’est-il pas temps aussi de nous rendre compte de la nécessité de décoloniser nos esprits ?

Où sont les lieux, les niches, les entre-deux de ce monde qui ont échappé à la propagande coloniale dont l'objectif était de réduire les peuples non monothéistes et non occidentaux au rang de "sauvages" ou de "païens" ?
Si être sauvage, c'est être proche de la nature, et être païen, la vénérer, comment cela justifie-t-il à ce point les meurtres et les effacements ?
La déconstruction des préjugés est nécessaire pour construire un avenir possible et supportable. C'est le désir et l'objectif de mes recherches. Nous ne pouvons pas refaire l'histoire, en effaçant les erreurs du passé, mais nous sommes capables de réfléchir et de rechercher ce qui a été effacé, qui survit dans les fissures, en laissant de côté le formatage colonial dans lequel nous avons été éduqués. 

Le projet de film et de livre, intitulé Anima, dont je présente ici la première partie, vise à mettre en lumière la subsistance des préceptes et philosophies animistes. Ceux-ci, à travers le monde, ont, entre autres points communs, de placer la féminité au centre de la création originelle, et de considérer la femme comme un vecteur spirituel privilégié. Ceci a été remis en question, voire éradiqué, par les patriarcats, puis les colonisations. 

 

 

A l'origine du déséquilibre

Le monde tel que certains le connaissaient a été bouleversé au début du XVème siècle, lorsque certains gouvernements européens, soutenus par un pouvoir papal indéniable, ont décidé de s'approprier des terres et territoires qu'ils ont appelés "découverts" alors qu’ils leur étaient simplement inconnus. À cette époque, ils croyaient que la Terre était plate.  L'Inquisition catholique massacrait furieusement « hérétiques » et "sorcières" sur les places publiques . Pourtant, les sauvages, les barbares, considérés comme n'ayant pas d'âme, étaient, à leurs yeux, les autres, ce qui donnait «de facto » le droit de s’approprier leurs biens. Certains de ces « sauvages » avaient, eux, déjà voyagé, bien au-delà des territoires qu'ils connaissaient, sans les accaparer pour autant.  Les croisades religieuses ont servi d'alibi pour la conquête de nouveaux territoires ; le catholicisme a été imposé par la force des armes et renforcé par une éducation soigneusement ciblée. La résistance a duré des siècles, et la conquête occidentale n'a pas été sans mal.  Une très longue et violente période d'esclavage par les Arabes notamment lors de leur expansion religieuse sur le continent africain, a précédée, puis a été concomitante à la traite occidentale.  Les principales différences entre la traite des esclaves d'Europe occidentale et l'esclavage tel que pratiqué par les Arabes étaient d'abord la sélection des humains sur la base de critères ethniques : pour les Arabes, tout humain capturé était un esclave, même un occidental - comme Miguel Cervantes, par exemple, l'auteur de Don Quichotte-. Deuxièmement, l'exportation d’esclaves d’un continent à l'autre, la  rentabilité  excessive,  le  côté  industriel  de  cette exploitation, de ce commerce inique, était une particularité de la traite occidentale. Localement, l'esclavage existait déjà de manière traditionnelle, de façon complètement différente. Par exemple, au Sénégal, les "jaams" (souvent traduit par le mot "esclave") étaient des prisonniers, ou descendants de prisonniers de guerre, qui travaillaient pour la royauté et la communauté. En échange, ils étaient bien traités, et avaient la possibilité d'évoluer socialement.


Ainsi, qu'il s'agisse des catholiques, pendant les croisades, ou des musulmans pendant leur conquête, chaque partie a fait preuve d'une grande violence envers les indigènes au nom d'un Dieu censé être et apporter l'Amour et la Paix. Pendant plus de cinq siècles, les religions monothéistes ont servi de prétexte à des guerres dont les motivations économiques sont bien connues, et d'arguments pour une propagande qui visait à rabaisser, avilir et diaboliser les cultures indigènes qui les précédaient. Et surtout les femmes, "sacrifiées sur l'autel de Dieu", comme l'a écrit l'auteure égyptienne Nawal el Saadawi  . Elles se sont affrontées, et ont scellé de leur sang les espaces où leurs dogmes se sont répandus. 
La colonisation a radicalement déstructuré des sociétés entières. Elle a imposé ses propres valeurs patriarcales, ses religions, ses systèmes politiques et sociaux, alors qu'auparavant, dans les sociétés précoloniales, le matriarcat en tant qu'organisation sociale, économique, politique et spirituelle dominait. 
En privant la moitié féminine de l'Humanité du respect qui lui était justement donné, en lui refusant l'importance qu'elle avait autrefois, n'avons-nous pas finalement créé le déséquilibre mondial auquel nous assistons à tous les niveaux ?

 

Animisme et écologie sociale

Et pourtant... les spiritualités sous-estimées de ces peuples indigènes ont persistées partout sur la planète. Ils ont en commun une façon de percevoir le lien entre les êtres humains et leur environnement, avec la Nature, en conscience et respect, à la recherche d'une harmonie réciproque et vitale. L'organisation sociale est influencée par cette relation, ce qui induit une structure communautaire plus égalitaire, comme le montrent certains anthropologues libertaires et anarchistes. Il s'agit d'un mode de vie sain farouchement préservé par certains peuples dont la vie a été mise en danger. 
La forêt amazonienne et d'autres forêts primaires brûlent, victimes des accapareurs de terres et promoteurs, amputées de leurs arbres, plantes médicinales, et de la protection des populations qui les habitent. Les igloos du Groenland disparaissent, les icebergs fondent et les ours polaires se noient. 

Bien avant la déclaration des Droits de l'Homme en Occident, les peuples dits "païens" avaient décrété leurs règles de vie, comme le Mandé par la Charte du Mandén (1236 - Afrique de l'Ouest), proclamée par Soundiata Keita, empereur du Mali, affirmant dans le préambule : "Une vie est une vie ; une vie n'est pas plus vieille ou plus respectable qu'une autre, de même qu'une autre vie n'est pas supérieure à une autre". En Afrique du Sud, et étendue à la population bantoue (Afrique centrale), la philosophie ancestrale Ubuntu peut être résumée comme suit : "Je suis ce que je suis grâce à ce que nous sommes tous".

 Ainsi, tout ce qui est vivant mérite le respect. Les idées d'interdépendance et d'égalité de vie se retrouvent dans toutes les philosophies et traditions spirituelles dites "animistes", partout dans le monde. Malgré le joug de la colonisation, dans certaines régions se développent des formes de syncrétisme ou de néo paganisme. Celles-ci partagent des vues communes sur l'égalité de tous les vivants et une communication spirituelle avec les éléments naturels et esprits des défunts. On considère là que les humains ne sont qu'une partie d'un univers plus vaste alimenté par et en perpétuelle interaction avec, toutes les vibrations.

Plus de 163 millions de personnes dans le monde ont une philosophie proche de l'animisme, comme le montre cette carte,  (en 1997). Depuis cette date, une nouvelle vague de néo-paganisme, d'adeptes du yoga, combinée à une revalorisation croissante des cultures africaines, a relancé cette survie, qui s'est certainement étendue aussi via Internet, modernisée. Mais la documentation à ce sujet est très peu abondante. Sans compter que même si une enquête approfondie était faite, il faut savoir que dans certaines cultures, comme au Sénégal, où je vis et où la première partie d'Anima a été tournée, l'islam et le christianisme dominants sont tous deux vécus en étroite intimité avec les pratiques animistes traditionnelles, (comme le Ndeup, cérémonie de transe thérapeutique officiée par des prêtresses). 

More than 163 million people in the world have a philosophy linked to animism (in 1997). Since that date, a new wave of neo-paganism, of yoga practitioners, combined with a growing revaluation of African cultures, has revived this modernized existence, which has certainly spread also via the Internet. But documentation on this subject is very scarce. Not to mention that even if an in-depth investigation were to be made, one should be aware that in some cultures, such as in Senegal, where I live and where the first part of Anima was filmed, both Islam and Christianity exist in close intimacy with traditional animist practices, (such as the Ndeup, a therapeutic trance ceremony officiated by priestesses). 

Ces traditions ne sont pas ouvertement revendiquées, même cachées, presque honteuses. Pour parler de ce que je sais, c'est la même chose en Côte d'Ivoire, où le christianisme prévaut. Les fétiches des ancêtres sont la première chose que l'Église demande à ses fidèles de jeter. Certains sont conscients qu'une partie de leur force s'efface alors, mais que ne  ferait-on pas "pour ressembler aux occidentaux" ! D'autant plus que ces fétiches n'ont pas protégé l'Afrique des catastrophes qui l'ont traversée. Le complexe d'infériorité insidieusement autant que violemment imposé par les colons a encore aujourd'hui de terribles conséquences, comme au temps de Frantz Fanon, lorsqu'il écrivait "Les Damnés de la Terre", en 1961.

Ce que nous devons comprendre de toute urgence, je pense, c'est que les philosophies autochtones sont des sciences, non reconnues, délégitimées, mais existantes. Elles font partie d'un héritage qui pourraient bien sauver l'Humanité des cauchemars prédits par Georges Orwell, Aldous Huxley et Margaret Atwood  (respectivement auteurs de "1984", "Le Meilleur des Mondes" et "La Servante Ecarlate".
Revenons donc aux origines…

 


Spiritualité féminine colonisée

En termes de structure sociétale, jusqu'au XVIIIe siècle, il y avait principalement des "matriarcats", comme le souligne le scientifique et historien sénégalais Cheikh Anta Diop : "Le matriarcat a précédé le patriarcat dans les sociétés de cueillette et de chasse, puis dans celles d'élevage avec la "Déesse Mère". Ce système se baserait sur l'importance accordée au féminin, la femme incarnant la reproduction de l'espèce et son espoir de pérennité dans une dimension temporelle circulaire et cyclique où prend naissance le mythe de "l'éternel retour"".
La gestion de la communauté était plutôt confiée aux femmes, également pour des raisons spirituelles. L’un des cultes animistes des plus anciens et des plus répandus sur la planète est celui de la Déesse Mère (Gaïa, par exemple, dans certaines cultures). Pour que le patriarcat puisse étendre son pouvoir, et installer le capitalisme, qui exploite sans limite les ressources et les hommes, il était nécessaire de retirer à la fois le pouvoir et la spiritualité de l'entité féminine bienveillante, qu'elle soit Déesse ou humaine.

L'éco féminisme est une philosophie, une tradition politique et un mouvement social qui met en évidence le lien direct entre l'exploitation des femmes et celle de la nature. L'une de sa co-fondatrice, depuis les années 1980,  Starhawk, leader de la WICA  (mouvement néopaïen dont le nom provient d'un terme du vieil anglais, traduit par sagesse ou sorcellerie)  définit la pratique de la sorcellerie et le culte de la Déesse Mère comme "un moyen de renouveler les liens qui ont été rompus par la privatisation des terres, en défaisant les communautés et en privant les plus fragiles de leurs moyens de subsistance, donnant lieu à une relation conquérante et agressive avec la nature" . En effet, de manière étrangement parallèle, le patriarcat a grignoté ce pouvoir, et les divinités ont été masculinisées, au point que le monothéisme impose une divinité exclusivement masculine. De manière trop simplifiée, on pourrait dire que le patriarcat a servi le capitalisme (et vice versa), et que le capitalisme a engendré un processus d'industrialisation dans les colonies qui a amené à l’exploitation des richesses naturelles jusqu'à leur épuisement . Afin de se les 'approprier, une lutte de genre et de civilisation a été menée de façon concomitante, au détriment des femmes. Son point culminant a été l'Inquisition et la chasse aux sorcières, leurs horreurs et leurs motivations, et l'extermination des peuples indigènes et de leurs cultures, en particulier des Amérindiens.  L'Afrique a été ravagée pendant quatre siècles par la traite des esclaves, qui a rapporté d'énormes bénéfices aux États-nations occidentaux et a créé les bases de leur pouvoir actuel. Le lien intime entre l'exploitation sexuelle et raciale, le capitalisme et la colonisation a été fermement tissé. Depuis, bien qu’officiellement aboli, l'esclavage existe toujours. Les femmes se sont rebellées, se sont battues et ont récupéré leurs droits petit à petit, mais elles n'ont jamais retrouvé le pouvoir et le respect qu'elles avaient auparavant, politiquement et spirituellement. L'activité humaine est devenue toxique pour la planète. La preuve en est du "jour de dépassement", quand les ressources naturelles sont dépassées, défini chaque année. Ce chiffre est en légère diminution, suite au confinement quasiment mondial de 2020 en raison de la pandémie de Covid 19.  

Cet état de fait n'est que le résultat d'habitudes de consommation, un mode de vie adopté par la quasi-totalité de la population mondiale. Ce fonctionnement préjudiciable à la Nature, marqué par des inégalités de toutes sortes, a été rendu possible il me semble en partie de part l'éloignement violent des femmes des sphères du pouvoir, de leurs rôles et capacités dévalorisés par les religions, autant que des cultures précoloniales. 

Sans attribuer aux femmes de bonnes intentions inaltérables, cliché fallacieux, il semble que (vu ce que nous savons des sociétés matriarcales) celles-ci soient plus enclines à gérer les questions économiques et politiques dans un esprit de préservation de la vie, humaine ou non. 
Les peuples indigènes qui ont échappé au rouleau compresseur colonial ont toujours entretenu une relation respectueuse et harmonieuse avec la nature. Eux aussi ont été décimés, étouffés et menacés dans tous les coins et recoins.  Au mépris de ces sagesses enfouies, nous devons reconnaître que ce sont surtout des hommes blancs qui ont creusé la fosse qui nous attend (si nous ne réagissons pas).

 

La voix des femmes pour un avenir meilleur

"Les mères restées dans la tente ont refusé d'être impressionnées par cette démonstration de force et aucune d'entre elles ne s'est enfuie. Au contraire, certaines d'entre elles ont fait un geste incroyablement courageux : elles ont relevé leur corsage ou se sont déshabillées, montrant leurs seins nus à la police, ce qui dans notre culture est une malédiction" . 
Wangary Maathai, écologiste kenyane, ne parle pas ici des FEMEN, mais d'une tradition africaine ancestrale de protestation. Aujourd'hui encore, la violence et les inégalités à l'égard des femmes sont un problème mondial. Le mouvement #metoo de 2019 n'a montré que la partie émergée de l'iceberg. Le mot "féminicide" a été inventé pour décrire tous les crimes commis avec le seul motif du sexe de la victime ! 


"Le féminisme est un humanisme"  - Simone de Beauvoir.


Nous parlons là de la moitié de l'Humanité. Alors que la reprise du pouvoir par les femmes  laisse présager une contestation mondiale croissante du patriarcat, la conscience collective semble accorder plus d'attention à l'écologie et à la violence sexiste ... alors que la situation écologique et sociale prend un tour apocalyptique. Nous voyons les méfaits de la chimie des médicaments, le pouvoir des grandes entreprises pharmaceutiques, le travail de l'esprit qui a été fait pour nous rendre dépendants.  Soudain, certains se tournent vers les peuples indigènes qui luttent également pour la survie de leurs cultures et sciences. De plus en plus de gens se tournent vers la médecine naturelle (homéopathie, herboristerie, etc.) et guérisseurs traditionnels. 
Quelque chose de très important a été piétiné par la colonisation : notre lien intime et vital avec la Terre dans une interaction bienveillante. Si nous prenons soin de notre planète, les éléments qui la composent prendront soin de nous, de manière très concrète. C'est donc espérer un avenir moins sombre, revoir certains paramètres qui bloquent notre champ de vision et nous enferment dans la prison du capital, du profit et du "progrès" illimité au mépris des êtres humains, de notre relation à la Terre, et des inégalités dont ce système économique est fait, y compris celles dont souffre le genre féminin.

 

"Il est impossible, dans un système de marché, de ne pas dévaster la planète. Il appartient maintenant aux femmes de reprendre la parole humaine"
Françoise d'Eaubonne, co- fondatrice de l'Ecoféminisme, 1960 .

 

Face à l'état de notre monde, il est temps d'écouter les femmes. Nous allons ainsi tisser ensemble, dans un esprit de dialogue et d'écoute, en combinant film et écriture, émotions et réflexions, Art et Histoire, un apprentissage commun de ce que signifie être en vie, et reconstruire consciemment l'Harmonie, en cultivant la Paix. C'est un effort nécessaire pour l'espoir d'un avenir meilleur, et seulement possible, pour notre espèce.

 

 

Laure Malécot
 Dakar, Sénégal, 02/12/ 020

Rédigé avec le soutient de Ecoversities Alliances.

Tous droits réservés.

 

These traditions are not publicly acknowledged. They are often hidden, considered almost shameful. To speak of what I know, it is the same thing in Ivory Coast, where Christianity prevails. Ancestor fetishes are the first thing the Church asks its faithful to reject and be purified of. Some are aware that this entails losing part of their strength, but what wouldn’t one do to "look like Westerners"! This is all the more so convincing if one considers that these fetishes have not protected Africa from the disasters that have befallen its people. The inferiority complex insidiously as much as violently imposed by the colonists still has terrible consequences today, as in the time of Frantz Fanon, when he wrote "The Wretched of the Earth" in 1961.

What we urgently need to understand is that indigenous philosophies are sciences unrecognized, delegitimized, yet existing. They are part of a legacy that may well save humanity from the nightmares predicted by George Orwell, Aldous Huxley, and Margaret Atwood (respective authors of "1984", "Le Meilleur des Mondes" and "The Handmaid's tall").

Let's go back to the origins...

 

Colonized Feminine Spirituality

In terms of societal structure, until the 18th century, there were mainly "matriarchates", as the Senegalese scientist and historian Cheikh Anta Diop points out: "Matriarchy preceded patriarchy in the gathering and hunting societies, then in those of livestock with the ‘Mother Goddess’. This system would be based on the importance accorded to the feminine, the woman embodying the reproduction of the species and its hope of perpetuation in a circular and cyclical temporal dimension where the myth of the "eternal return" is born.

 

” The management of the community was rather entrusted to women, also for spiritual reasons. One of the oldest and most widespread animist cults on the planet is that of the Mother Goddess (Gaia, for example, in some cultures). In order for the patriarchy to extend its power, and to install capitalism, which exploits resources and men without limits, it was necessary to remove both power and spirituality from the benevolent female entity, be it Goddess or human.

Eco-feminism is a philosophy, a political tradition and a social movement that highlights the direct link between the exploitation of women and the exploitation of nature. One of its co-founders, since the 1980s, Starhawk, leader of WICA (a neo-Pagan movement whose name comes from an Old English term translated as wisdom or witchcraft) - defines the practice of witchcraft and the worship of the Mother Goddess as "a means of renewing the bonds that have been broken by the privatization of land, the destruction of communities and their means of subsistence, and the rise of an oppressive and aggressive relationship with nature " . Indeed, in a strangely parallel manner, the patriarchy has nibbled away at this power, and the deities have been masculinized, to the point that monotheism imposes an exclusively masculine deity. In an oversimplified way, one could say that patriarchy served capitalism (and vice versa), and that capitalism engendered a process of industrialization in the colonies that led to the exploitation of natural resources to the point of exhaustion . In order to appropriate them, a gender and civilizational struggle was waged concomitantly, to the detriment of women. Its culmination was the Inquisition and the witch hunt, their horrors and motivations, and the extermination of indigenous peoples and their cultures, especially the Amerindians. Africa was ravaged for four centuries by the slave trade, which brought enormous profits to Western nation-states and created the basis for their current power. The intimate link between sexual and racial exploitation, capitalism, and colonization was firmly woven. Since then, although officially abolished, slavery continues to exist. Women rebelled, fought and regained their rights little by little, but they never regained the power and respect they once had, politically and spiritually. Human activity has become toxic to the planet. Proof of this is the "Earth Overshoot Day", when annual consumption exceeds Earth’s capacity to reproduce natural resources. This figure has slightly decreased following the almost global confinement of 2020 due to the Covid-19 pandemic.

This state of affairs is only the result of consumption habits, a lifestyle adopted by almost the entire world population. This way of life, which is detrimental to Nature and marked by inequalities of all kinds, has been made possible, it seems to me, in part due to the violent separation of women from the spheres of power, their roles and abilities devalued by religions, as well as from their pre-colonial cultures.

Without attributing to women unalterable good intentions, a fallacious cliché, it seems that (given what we know about matriarchal societies) women are more inclined to manage economic and political issues in a spirit of preservation of life, human or otherwise.

Indigenous peoples who have escaped the colonial steamroller have always had a respectful and harmonious relationship with nature. They too have been decimated, stifled, and threatened in every nook and cranny. In defiance of these buried wisdoms, we must recognize that it was mostly white men who dug the pit that awaits us - if we do not react.

 

 

Women's Voice for a Better Future

"The mothers who remained in the tent refused to be impressed by this show of force and none of them ran away. On the contrary, some of them made an incredibly courageous gesture: they lifted their corsages or undressed, showing their bare breasts to the police, which in our culture is a curse. ”

Wangary Maathai, a Kenyan environmentalist, does not speak here of FEMEN, but of an ancestral African tradition of protest. Even today, violence and inequality against women is a global problem. The #MeToo movement of 2019 has only shown the tip of the iceberg. The word "feminicide" was invented to describe all crimes committed with the sole motive of the victim's gender!

 

"Feminism is humanism" - Simone de Beauvoir.

 

We are talking about half of humanity. While the resumption of power by women must make growing global challenge to patriarchy, the collective consciousness seems to be paying more attention to ecology and gender-based violence ... as the ecological and social situation takes an apocalyptic turn. We see the harms of drug medecines, the power of big pharma, the manipulation of our minds to make us addicts. Suddenly, some turn to the indigenous peoples who are also struggling for the survival of their cultures and sciences. More and more people are turning to natural medicine (homeopathy, herbalism, etc.) and traditional healers.
Something very important has been trampled by colonization: our intimate and vital link with the Earth in a benevolent interaction. If we take care of our planet, the elements that make it up will take care of us in a very concrete way. We must therefore hope for a brighter future and review certain parameters that block our vision and lock us in the prison of capital, profit, and unlimited "progress" that neglects human beings, our relationship to the Earth, and the inequalities on which this economic system is based, including those suffered by the female gender.

 

"It is impossible, in a market system, not to devastate the planet. It is now up to women to take up the human voice again."
Françoise d'Eaubonne, co-founder of Ecofeminism, 1960  .

 

Faced with the state of our world, it is time to listen to women. We will thus weave together, in a spirit of dialogue and listening, combining film and writing, emotions and reflections, Art and History, a common learning of what it means to be alive, and consciously rebuild Harmony, in cultivating Peace. This is a necessary effort in the hope for a better, and the only, future for our species. 

 

 

 

Traduction : Paloma Palmer.

Autor : Laure Malécot

Writen with the subtain of Ecoversities Alliances

All rights reserved.

 

 

Références

 

- "Sorcières, le pouvoir invaincu des femmes "/"Witches, the undefeated power of women" by Mona Cholet (ed. Zones 2018) French 

 

- "Walking Through Fire", de Nawal el Saadawi, translation from Sherif Hetat Ed. Zed Books Ltd, 2002 - English.

 

- "Ecologie sociale et communalisme" / "Social Ecology and Communalism", by Murray Bookchin, Ed. AK Press, 2007- English

 

-"The Manden Charter", inducted in 2009 to the Representative List of the Intangible Cultural Heritage of Humanity

 

- "L’Unité culturelle de l’Afrique noire précoloniale : domaine du patriarcat et du matriarcat dansl'antiquité classique/ (The Cultural Unity of Pre-colonial Black Africa: the domain of the patriarchate and matriarchate classical antiquity ) by Cheikh Anta Diop. Ed. Présence Africaine 1982- French

 

- "Rêver de l'obscurité. Women, Magic, Sex and Politics" (Dreaming of the darkness. Women, Magic, Sex and Politics), by Starhawk, ed Beacon Pr 1997- English

 

- "Le Ventre des femmes: Capitalisme, racialisation, féminisme" ("The Belly of Women: Capitalism, Racialism, Feminism") by Françoise Vergès, Ed Albin Michel 2017- French. 

 

- "Celle qui plantait des arbres" ("The one who plants the trees"), by Wangari Maathai, translation Isabelle D. Taudière Ed. I read the book in 2011.

 

- Écologie, féminisme : révolution ou mutation ? (Ecology, feminism: revolution or mutation?), by Françoise d’Eaubonne, 1978, reprint in 2018 Libre et Solidaire Éditeur, French 

Création gratuite et facile

Je crée mon site web